Centre d'Activités Régional pour le protocole relatif aux zones et à la vie sauvage Spécialement Protégées de la Grande Région Caraïbe
Caribbean Environment Program
Parc National de Guadeloupe
United Nations Environment Programme
Accueil > Les Activités > La gestion des écosystèmes > Projet GCRMN > Le suivi GCRMN-Caraïbes des récifs coralliens a commencé à St. Eustache (...)

Le suivi GCRMN-Caraïbes des récifs coralliens a commencé à St. Eustache !

Toutes les versions de cet article :


L'île de Saint-Eustache a récemment lancé un programme de suivi des récifs coralliens en utilisant les lignes directrices approuvées par le Réseau (mondial) de surveillance des récifs coralliens (GCRMN) dans les Caraïbes . Le GCRMN-Caraïbes est un réseau ouvert de scientifiques et de gestionnaires impliqués dans le suivi et la conservation des récifs coralliens dans la région. Suite à la publication du rapport "Situation et tendances des récifs coralliens des Caraïbes : 1970-2012", le GCRMN Caraïbes a pris l'initiative de revitaliser et renforcer le suivi des récifs coralliens dans la région, pour assurer une collecte de données utiles et accessibles, afin de révéler de manière efficace l'état et les tendances des récifs coralliens à l'échelle régionale.


Steve Piontek est biologiste marin et travaille sur la collecte de données sur la pêche et la biodiversité à Saint-Eustache, pour le gouvernement néerlandais. Dans le passé, Saint-Eustache avait mis en place un suivi des récifs coralliens sur quelques sites en utilisant le protocole Reef Check. Cette année, Steve a commencé un nouveau suivi scientifique des récifs autour de l'île, en collaboration avec le Parc marin de Saint-Eustache, et en utilisant les méthodes et les protocoles recommandés par le GCRMN Caraïbes. Afin d'assurer la robustesse statistique nécessaire à la détection des tendances de l'état des récifs coralliens, Steve a sélectionné une vingtaine de sites autour de l'île pour un suivi annuel. L'ensemble des sites, aux profondeurs variant de 8 à 15 m, est représentatif de la variation existante dans le parc marin de St. Eustache.


Sur chaque site, le suivi s'effectue le long de cinq transects de 30 mètres de longueur, où la taille et le nombre de tous les poissons sont notés. Un total de 75 photographies sont également prises pour quantifier la couverture des fonds par les coraux, les algues et les espèces d'invertébrés clés. En outre, la colonisation corallienne est mesurée avec précision, à travers le comptage des recrues dans de petits quadrats le long des transects.


JPEG


 


Selon Steve : "Un énorme avantage de cette nouvelle méthode [GCRMN Caraibes] est d'être capable de faire tout l'échantillonnage sous-marin en une seule plongée." Il a noté quelques difficultés pratiques cependant, " vous avez vraiment besoin d'un appareil photo de haute qualité pour permettre l'identification correcte des coraux et des espèces d'algues ", et "comme nous avons de l'envasement ici - sol volcanique, sable en mouvement, etc. - cela rend l'identification difficile, même avec une haute résolution des photos ". Les photographies sont examinées pour la reconnaissance des maladies coralliennes et la présence d'invertébrés clés tels que les oursins et les concombres de mer, puis analysées à l'aide d'un logiciel appelé Coral Point Count. Ce dernier permet de sélectionner des points aléatoires (25 par photo) sur lesquels sont identifiés les espèces de corail, d'algues ou les invertébrés clés, puis exporte les données vers une feuille de calcul Excel.


JPEG


Steve explique que " Coral Point Count est un bon programme pour analyser les données, mais il utilise toujours les anciens noms taxonomiques et n'a pas d'herbiers ou cyanobactéries répertoriés dans ses listes, vous devez donc retourner dans la feuille de calcul Excel pour les ajouter manuellement."


Les premiers résultats du suivi des récifs de St Eustache sont disponibles sur ce lien.